visuel dossier resilience

Ensemble, les armées s'engagent pour nos concitoyens contre la propagation du COVID-19 

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé le 16 mars dernier que les armées allaient apporter leur concours dans la gestion la crise actuelle à travers le déploiement d’équipes et de moyens sanitaires. Le 25 mars, sur proposition de la ministre des Armées Florence Parly et du chef d’état-major des armées, l’opération Résilience est lancée. Une opération qui constitue la contribution de toutes les armées à l’engagement interministériel contre la propagation du COVID-19. 

"Distincte de l'opération Sentinelle qui continue de se concentrer sur la lutte contre le terrorisme, l'opération Résilience sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations ainsi qu'à l'appui au service public face à l'épidémie du Covid-19 en métropole et en outre-mer, en particulier dans les domaines sanitaires, logistiques et de la protection". Emmanuel Macron. 

Il s’agit en effet pour les armées, directions et services, d’aider la population en apportant des moyens et des savoir-faire aux autorités civiles dans cette crise sans précédent, tout en continuant à protéger la Nation à travers leur engagement sur le territoire national comme en opération extérieure. Cette opération, qui mobilise l’armée de Terre, l’armée de l’Air, la Marine nationale, et son organisation s’appuient principalement sur les zones de défense.

Distincte de l’opération Sentinelle, qui reste concentrée sur la mission de lutte contre le terrorisme, laquelle reste une priorité, l’opération Résilience n’a pas vocation à se substituer aux forces de sécurité intérieure dans leurs missions de sécurité publique ou à participer aux mesures dans le cadre du confinement. Sa mission première est d’appuyer la réponse des autorités civiles à la situation de crise épidémique, en métropole ou en outre-mer. 

 


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.