2020 04 06 villa 0101

Depuis le 1er avril 2020, la base aérienne 107 reçoit les moyens aériens de l’armée de l’Air déployés dans le cadre de l’opération « Résilience » en Île-de-France. Tous participent au désengorgement des hôpitaux parisiens en facilitant le transfert des patients vers les hôpitaux de province et en veillant à la préservation des capacités opérationnelles. 

Transférer les patients, un défi

Pour effectuer les transferts des patients, atteints du COVID19, la base aérienne 107 supporte des hélicoptères Caracal et Puma des bases aériennes de Cazaux et de Solenzara mais aussi un CASA de la base aérienne d’Évreux et un A400M de la base aérienne d’Orléans.

Maillon essentiel du pont aérien sanitaire mis en place entre la région parisienne et la province, la base aérienne 107 permet aux moyens air de rejoindre en sécurité l’aéroport d’Orly pour embarquer les patients et les secouristes vers les différentes structures hospitalières en régions. Le 2 avril dernier, au moins 10 patients ont été transférés à destination de Caen et d’Angers.

Le CASA comme le Caracal permettent l’évacuation de deux patients intubés et ventilés artificiellement. Le personnel soignant est en partie issu des convoyeurs de l’Escadrille aérosanitaire (EAS) de la base aérienne. Les équipes de l’EAS, expertes en évacuation aérosanitaire en opérations extérieures, mettent à profit leur expérience pour soutenir leurs concitoyens.

L’expérience acquise lors des missions de Search and Rescue (SAR) effectuées au profit des populations toute l’année concourt également à la réussite de la mission. Le lieutenant-colonel Nicolas commandant l’escadron d’hélicoptères 1/67 « Pyrénées » rapporte que la principale différence réside dans l’attitude. Habitué aux situations nécessitant une prise en charge médicale d’urgence dans un hôpital, pour cette crise, il s’agit de prendre son temps pour préserver la santé du patient : « Près de 40 minutes sont nécessaires pour transférer un malade dans un Caracal. »

Se protéger pour mieux opérer

Une fois leur mission effectuée, les aéronefs reviennent sur la base aérienne 107 où les équipes de décontamination air (EDA) mettent en œuvre leur savoir-faire spécifique pour assurer la désinfection du personnel comme des appareils. Deux chaines de désinfection sont dédiées aux équipages et aux soignants où un espace est entièrement dédié aux femmes. Une chaine spécifique permet le nettoyage du matériel comme les bouteilles d’oxygènes ou les casques du personnel. Lorsqu’un soignant arrive, il porte une tenue de protection, des gants, un masque, des sur-chaussures. Ce sont les équipements de protection individuel.

Pour restreindre au maximum les risques, le poste de pilotage et la soute constituent deux compartiments distincts séparés par une cloison.

Armés par les pompiers de l’air, les EDA de la base aérienne 107 s’appuient sur les renforts des bases aériennes d’Orléans et de Cazaux dont la section d’intervention NRBC. Cette dernière dispose d’une expertise supérieure au niveau de l’armée de l’Air. 

2020 04 06 villa 0102b


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.