Depuis l’appel au don lancé par le 1er Ministre, du matériel sanitaire arrive en permanence de toute la région à l’agence régionale de santé (ARS) Île-de-France pour être redistribué. L’ARS a fait appel à l’aide de l’armée pour organiser cette dotation d’urgence.

Afin de la renforcer dans son travail stratégique, l’état-major de la zone de défense Île-de-France a mis à sa disposition un officier de liaison, lien important entre les structures médicale et militaire d’Île-de-France. Cet officier participe également à l’organisation des transferts sanitaires vers les structures hospitalières de province.

Un officier du Centre des transports et transits de surface (CCTS), spécialisé en gestion logistique, a également été détaché auprès d’elle dès le 20 mars. Il organise recherche, réception, contrôle et distribution du matériel sanitaire. Les pharmaciens de l’ARS opèrent avec cet expert logistique un contrôle strict des lots reçus : date de péremption, qualité des élastiques, absence de moisissure et de toute avarie. Le matériel jugé opérationnel est ensuite mis à disposition des établissements médicaux, sociaux et médico-sociaux qui ne relèvent pas du réseau des établissements médicaux. Médecins, EHPAD, écoles ou associations d’aide aux sans-abri présentent leurs besoins. L’ARS calcule le matériel pouvant leur être attribué et leur prépare des colis qu’ils viennent chercher sur place, masqués, comme l’est tout le personnel de la structure.

L’ARS gère, avec l’aide de l’armée, un stock de 3,5 millions de masques, pour un flux quotidien d’environ 500 000 masques.

Dans le cadre de l’opération Résilience, l’armée met à disposition tous les moyens utiles à la résolution de cette crise d’ampleur inédite.


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.